Aller au contenu
Accueil » Planter du cannabis à la maison

Planter du cannabis à la maison

culture du cannabis

Aujourd’hui, nous allons parler de la façon de prendre les premières mesures pour obtenir un bon rendement en plantant de la marijuana à la maison.

Plus précisément, nous examinerons les bonnes étapes à suivre pour faire pousser un beau plant sain qui répondra à nos attentes. Faire pousser une plante n’est pas une tâche facile, mais en suivant les bonnes étapes, vous en deviendrez tellement passionné que vous ne pourrez plus vous en passer. L’autoproduction est facile et peut donner de bonnes récoltes même pour les personnes inexpérimentées. Les seules choses dont vous avez besoin sont un peu de connaissances et suffisamment de volonté pour suivre l’ensemble du plan de culture.

Ce qui compte avant tout, c’est la graine, choisissez la variété qui vous convient le mieux en fonction du degré d’intensité, de la taille de la génétique, du rendement final, du temps de croissance et surtout du goût. Chez Canapé, nous disposons de variétés très intéressantes et d’excellente qualité, aussi bien auto-florissantes que féminisées régulières.

La première étape consiste à choisir de cultiver à l’intérieur ou à l’extérieur. La culture en plein air est intéressante si le temps est chaud et si les plantes reçoivent au moins 8 heures de lumière directe du soleil par jour. La culture en intérieur, en revanche, vous permet de cultiver 365 jours par an.

Si vous choisissez de cultiver en plein air, vous devrez faire très attention au climat et aux heures de lumière, car si vous semez trop tard, le froid du début de l’hiver peut ruiner les plantes proches de la récolte, et si vous semez trop tôt, les variétés photopériodiques pousseront en phase végétative pendant de longues périodes, jusqu’à ce que le cycle naturel jour-nuit se rapproche de 12 heures de lumière et 12 heures d’obscurité, déclenchant la floraison. Les cultivateurs en intérieur, en revanche, ont un contrôle total sur les cycles de lumière.

Les plantes de cannabis ont besoin d’un fort ensoleillement. Si vous les plantez en pots, vous pourrez plus facilement déplacer les plantes vers des zones plus ensoleillées, au cas où les zones ombragées augmenteraient au fil de la saison. En outre, si le temps se dégrade, vous pouvez abriter les plantes à l’intérieur.

Lampes pour la culture en intérieur :

Les trois principaux éléments qui composent un système d’éclairage traditionnel sont le ballast, la lampe et le réflecteur. Il est essentiel de se procurer un kit d’éclairage et une minuterie. Les lampes HID sont une source d’éclairage fiable et d’un prix raisonnable. Les ballasts numériques à gradation de 400W et 600W sont un bon choix si vous prévoyez une culture à petit budget. En fait, les micro-cultivateurs utilisant de petites armoires ou placards devraient se contenter d’un système d’éclairage de 250W, en plaçant un extracteur à la hauteur du réflecteur pour rapprocher la lampe des plantes et réduire l’excès de chaleur tout en maîtrisant les factures d’éclairage.

Les lampes LED sont la technologie d’éclairage de l’avenir pour les cultivateurs d’intérieur, et sont disponibles dès aujourd’hui. Malheureusement, les meilleurs kits de LED sont chers, mais les kits Full Spectrum peuvent être utilisés pendant tout le cycle de vie des plants de cannabis. Ce système d’éclairage de nouvelle génération ne nécessite pas de remplacer les ballasts, les réflecteurs ou les lampes chaque année. Parmi leurs principaux avantages, les lampes LED ne surchauffent pas et, par rapport aux lampes HID, elles émettent beaucoup plus de lumière que de chaleur. Les kits LED de dernière génération ont une durée de vie d’environ dix ans et consomment 50 à 75 % d’énergie en moins que les lampes HID. À long terme, les lampes LED vous permettront d’économiser de l’argent sur votre facture d’électricité.

LIRE  Pourquoi il faut rincer les engrais organiques Biobizz avant la récolte.

Les ampoules CFL conviennent mieux comme éclairage d’appoint pendant la floraison ou comme seule source d’éclairage pendant la phase végétative. Elles ne surchauffent pas, mais leur lumière ne pénètre pas aussi bien que celle émise par les lampes HID ou LED. Ils peuvent être maintenus très proches des parties apicales pour limiter la consommation d’énergie.

Substrat optimal :

Une bonne croissance est définie par le choix du sol, car celui-ci compromet l’expansion initiale des racines et la croissance ultérieure de la plante. Les plantes de cannabis peuvent pousser dans les substrats les plus divers. Achetez toujours des terreaux spécifiques au cannabis dans les magasins de culture. Les terreaux universels à libération lente des jardineries ne sont pas adaptés à la culture du cannabis. Les sols sains ne sont pas tous les mêmes, mais ils ont tous des caractéristiques communes. Un sol sain contient des milliards de bactéries, d’énormes quantités d’hyphes fongiques, des milliers de protozoaires et de nombreux nématodes. Tous ces organismes constituent l’écosystème complexe qui caractérise un sol de haute qualité. Le cannabis est comme une éponge. Il absorbe toutes les impuretés présentes dans le sol environnant. C’est pourquoi les techniques de l’agriculture biologique sont essentielles à la production de plantes pouvant être consommées par l’homme. Nous recommandons l’achat d’un sol hybride composé de terre, d’argile et de sable afin d’équilibrer l’hydratation et l’aération du substrat.

Lorsqu’on cultive du cannabis, il est essentiel d’obtenir un niveau de pH optimal dans le sol. Les plants de cannabis ont tendance à se développer au mieux dans un sol légèrement acide, avec un pH compris entre 6 et 7. Le pH de votre sol peut être augmenté ou diminué en ajoutant des matières organiques directement dans le sol. Cependant, nous vous recommandons de le faire lors de la préparation du sol avant la plantation. Si votre sol est trop acide, vous pouvez utiliser du calcaire (disponible en poudre ou en granulés) ou des cendres de bois pour augmenter le pH de votre sol. Pour abaisser le pH de votre sol, essayez d’utiliser du soufre. Là encore, vous devrez l’ajouter à la terre et être patient. Le soufre peut mettre des mois à faire baisser le pH de votre sol. Si vous voulez des résultats plus immédiats, utilisez le sulfate d’aluminium.

N’oubliez pas que la qualité d’un plant de cannabis est toujours proportionnelle à la qualité du sol dans lequel il pousse.

Vous trouverez le tableau biobizz ici.

Germination des semences

  • Il existe plusieurs techniques pour faire germer les graines de cannabis, comme la populaire « méthode du papier absorbant ». Il s’agit de placer les graines entre deux feuilles de papier humide et absorbant et de les fermer entre deux assiettes ou dans tout autre récipient approprié. De cette façon, vous évitez d’exposer les graines à la lumière et vous pouvez les conserver dans un endroit chaud et sombre. Vérifiez de temps en temps les morceaux de papier buvard. S’ils se dessèchent, humidifiez-les avec un peu d’eau. En quelques jours, vos graines devraient germer.
  • La germination dans de la tourbe (ou des disques jiffy) est une très bonne façon de commencer le développement des graines. Ces disques en forme de jetons sont humidifiés et, en quelques secondes, ils se dilatent, deviennent plus grands et plus mous. La tourbe dont ils sont constitués est maintenue par un filet insoluble. Faites un petit trou à la surface et plantez les graines.
  • Mais le moyen le plus simple et le plus efficace de faire germer une graine est de la placer directement dans le milieu de culture. Il suffit de placer la graine à environ 0,5 cm de profondeur dans le sol et de la recouvrir légèrement. Contrôlez l’environnement et maintenez-le chaud et humide ; la température idéale est de 20°C. Maintenez le sol humide, mais ne le saturez pas, car un sol saturé d’eau peut faire plus de mal que de bien. Vous pouvez placer une lampe au-dessus de la graine afin de fournir la bonne température pour la germination. Ne faites pas l’erreur d’ajouter de l’engrais, en pensant que cela nourrira mieux vos graines, car la graine a déjà toutes les valeurs nutritionnelles optimales pour les deux premières semaines. Nourrissez votre plant avec de l’eau normale, cela assurera le développement de racines solides et si vous le voulez vraiment, vous pouvez utiliser un stimulateur de racines bien que cela ne soit pas absolument nécessaire.
LIRE  Nutriments foliaires : Qu'est-ce que c'est ?

Phase végétative :

Pour les cultivateurs d’intérieur, nous recommandons d’installer un filtre à charbon actif sur l’extracteur d’air avec des dispositifs pour canaliser et/ou diffuser les odeurs absorbées autour des plantes, car les plantes de cannabis dégagent des arômes très piquants et il devient nécessaire de contrôler les odeurs avec les dispositifs adéquats.

Les variétés de cannabis photopériodiques peuvent rester indéfiniment en croissance végétative tant qu’un cycle de lumière de 18/6 est maintenu, mais elles entreront normalement en floraison après 4-8 semaines. Les cultivateurs en extérieur doivent commencer au printemps/été, lorsque les jours sont plus longs.

Les variétés à floraison automatique ont des phases de croissance végétative de 3 à 6 semaines et commencent à fleurir indépendamment du cycle de lumière. Ces variétés peuvent également être semées hors saison, avec d’excellents résultats.

Les hybrides à génétique ruderalis ont besoin d’au moins 18 heures de lumière pendant tout le cycle de vie, qui peut durer de 8 à 12 semaines.

Phase de floraison :

Le cannabis autofleurissant, quant à lui, commence à fleurir indépendamment du cycle de lumière. Les variétés photopériodiques d’intérieur passent à la phase de floraison lorsqu’elles reçoivent un cycle de lumière de 12 à 12. La phase de floraison peut durer entre 8 et 12 semaines. Le cycle lumière-obscurité doit être régulier et ininterrompu. En extérieur, le cannabis fleurit naturellement et progressivement lorsque les jours raccourcissent à la fin de l’été et au début de l’automne. De nombreux producteurs fournissent également des stimulateurs de floraison à ce stade, car les besoins nutritionnels passent de l’azote au phosphore et au potassium. Il existe des variétés de cannabis qui peuvent doubler ou tripler leur hauteur pendant la floraison. En culture intérieure, la hauteur des lampes devra être ajustée plusieurs fois pour éviter de brûler l’extrémité des inflorescences.

LIRE  Les différentes espèces de cannabis

Phase de récolte :

Deux semaines avant la fin de la floraison, il est nécessaire de laver le milieu de culture avec de l’eau seulement ou avec une solution de rinçage. Les engrais gâchent les saveurs lorsque vous sautez cette étape. Les engrais organiques doivent également être lavés. Vous pouvez vous fier au stade de développement des poils des bourgeons pour juger du meilleur moment pour récolter les plantes. Lorsque 50 à 75% des pistils sont devenus rougeâtres, orange, roses ou bruns, les fleurs sont mûres.

Phase de séchage :

La marijuana fraîche doit être séchée et traitée correctement pour éviter les moisissures. Ces procédures permettent également d’obtenir une herbe plus savoureuse et aux effets plus intenses. L’élimination de l’humidité permet de réduire l’amertume et de faire briller le profil terpénique.


En plaçant les bourgeons individuels sur une grille de séchage, ou en suspendant des branches entières dans un séchoir, vous réduirez la teneur en eau de vos bourgeons de 10 à 15 %. Ce procédé permet d’éliminer l’eau des couches extérieures de chaque fleur, mais vous devrez tanner votre réserve pour éliminer l’humidité de l’intérieur des bourgeons. Pour de meilleurs résultats, vous devez suspendre (ou placer d’une autre manière) les dessus de coupe dans une pièce sombre avec une bonne circulation d’air et une humidité relative d’environ 45-55%. N’oubliez pas que les branches de vos plantes retiennent plus d’eau, donc si vous suspendez de grosses branches, elles mettront plus de temps à sécher que les petites branches ou les sommets simples. En général, la phase de séchage dure environ 7 à 12 jours, en fonction des facteurs mentionnés ci-dessus. Pendant cette période, vos bourgeons vont perdre beaucoup d’eau, ce qui signifie qu’ils vont rétrécir en taille et perdre aussi beaucoup de poids.

Phase d’affinage :

L’affinage est extrêmement important car il permet de préserver votre herbe afin qu’elle puisse être conservée dans le temps, tout en conservant son goût unique et en maximisant sa puissance. Nous recommandons de tailler (trimming – couper les feuilles entre les fleurs) pendant que les bourgeons sont encore humides, car c’est plus facile, plus précis et vous ne risquez pas de perdre de la résine par agitation comme c’est le cas lorsque vous manipulez des bourgeons secs. Cela dit, la taille à sec peut donner un produit exceptionnellement soigné, digne d’une place de choix rien que pour son apparence.
Une fois que vous avez fini de tailler, vous pouvez conserver les bourgeons dans les mêmes bocaux, dans un endroit frais, sombre et sec. Il n’est plus nécessaire de vérifier les sommets aussi souvent, alors veillez à garder les pots bien fermés pour éviter que les fleurs ne se dessèchent trop. Si vous avez beaucoup d’herbes, envisagez d’investir dans des packs d’humidité ou quelque chose de similaire pour garder vos fleurs fraîches plus longtemps.