Ceux qui connaissent un peu le cannabis savent qu’il contient plus d’une centaine de molécules, chacune ayant des propriétés spécifiques, dont beaucoup doivent encore être étudiées en profondeur.

Toutefois, les composés les plus connus et les plus étudiés sont le cannabidiol (CBD), le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabigérol (CBG), récemment sous les feux de la rampe. Ce dernier semble avoir un potentiel thérapeutique considérable.

Le cannabigérol ou CBG est un phytocannabinoïde non psychoactif naturellement présent en petites quantités dans la plante de chanvre.

Qu’est-ce que le CBG, le cannabinoïde parent ?

Le CBG (découvert pour la première fois en 1964 par le scientifique Y.Gaoni, dérive de l’acide cannabigérolique (CBGa) qui est le premier cannabinoïde produit dans la plante de chanvre, à partir duquel se forment à leur tour, par un processus enzymatique, les trois principaux acides présents dans la plante : THCA, CBDA et CBCA et à partir desquels, par décarboxylation, on obtient le THC et le CBD et le CBC.

C’est pourquoi le CBG est appelé la mère de tous les cannabinoïdes. Quoi qu’il en soit, il a été constaté que le CBG est présent en concentrations particulières dans certains types de cannabis Sativa L., les plus fibreux qui sont généralement pauvres en THC et présentent au contraire des concentrations plus élevées d’autres cannabinoïdes non psychoactifs.

Différences entre les deux cannabinoïdes CBG et CBD

Le CBD et le CBG sont deux cannabinoïdes présents en quantités différentes dans la plante de chanvre et sont deux composés différents, mais ils ont des caractéristiques similaires en ce qui concerne certains effets, car ils semblent tous deux aider à lutter contre la douleur et l’inflammation.

Le CBG, cependant, semble être encore plus efficace que le CBD pour détendre les muscles, et semble soulager davantage les contractions musculaires.

Comment le CBG agit-il dans le corps ?

L’organisme contient des endocannabinoïdes (lipides bioactifs particuliers) qui interagissent avec les récepteurs CB1 et CB2 par l’intermédiaire du système endocannabinoïde. L’un de ces endocannabinoïdes est l’anandamide, et il semble que la CBG en particulier augmente la production de ce lipide spécifique.

L’anandamide régule notamment le sommeil, l’appétit et la mémoire, et agit directement sur les récepteurs CB1 et CB2. En particulier, les dernières recherches semblent confirmer que l’anandamide se lie aux récepteurs CB1, et agit comme un blocage de la prolifération des cellules qui se produit dans le corps en cas de maladie agressive.

Si l’organisme pouvait être amené à produire davantage de cet endocannabinoïde, il pourrait être d’un grand secours pour lutter contre certaines maladies.

Le potentiels du CBG et ses effets

Par le passé, des études ont montré que le CBG pouvait avoir des effets relaxants sur les muscles, analgésiques et potentiellement anti-inflammatoires.

Récemment aussi, une étude menée par des chercheurs de l’Université de Naples a montré les effets positifs que la CBG peut avoir dans la lutte contre les maladies liées à l’inflammation de l’intestin, et donc toujours en relation avec l’importance de ce cannabinoïde dans le domaine anti-inflammatoire.

Le cannabigérol semble avoir un potentiel bénéfique dans les conditions suivantes :

  • Les maladies inflammatoires de l’intestin.
  • Glaucome. Contrairement au CBD, qui ne semble pas être indiqué pour ce trouble, le Cannabigerol peut être efficace pour atténuer les symptômes de cette maladie.
  • Dysfonctionnement de la vessie. Certains cannabinoïdes semblent influencer les contractions de la vessie.
  • La maladie de Huntington. Selon une étude de 2015, le CBG pourrait aider à traiter d’autres affections neurodégénératives et contribuer de manière générale à un meilleur fonctionnement du système nerveux.
  • Infections bactériennes.
  • Cancer : la CBG peut avoir des effets positifs sur la réduction de la croissance des cellules cancéreuses et autres tumeurs.
  • Perte d’appétit. Une étude de 2016 a suggéré que les effets positifs de la CBG incluent celui d’un stimulateur d’appétit. Les substances chimiques stimulant l’appétit pourraient être utilisées pour aider les personnes atteintes de maladies telles que le VIH ou le cancer.

Enfin, nous pouvons également ajouter qu’un détail très important est la combinaison de CBG avec CBD, en fait les deux cannabinoïdes ensemble renforcent l’effet d’entourage, donc si vous êtes un utilisateur de CBD sûrement un coup de pouce de CBG mènera à une synergie des deux composés.