Aller au contenu
Accueil » CBD pour les douleurs chroniques, neuropathiques et inflammatoires

CBD pour les douleurs chroniques, neuropathiques et inflammatoires

Si vous lisez cet article, vous êtes probablement à la recherche d’un remède naturel pour combattre une douleur au cou, un nerf sciatique, un simple mal de tête récurrent, ou les douleurs articulaires plus courantes qui peuvent survenir dans la vie de tous les jours. Nous allons vous faire découvrir comment le CBD (cannabidiol) peut vous aider et intervenir, grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et analgésiques, il pourrait être une avancée majeure pour votre bien-être quotidien, notamment sous sa forme la plus populaire, l’huile de cbd.

Afin de rendre la navigation sur notre site plus facile et plus pratique, vous trouverez également ici un menu rapide pour des informations plus approfondies sur d’autres sujets, que vous trouverez également en bas de l’article.

Les propriétés du CBD

En raison de la variété des effets bénéfiques associés au CBD, celui-ci peut sembler être une baguette magique capable de résoudre tous les problèmes de santé d’une personne. Nombre de ces effets et avantages sont largement soutenus par la recherche scientifique et le témoignage direct de millions de personnes dans le monde qui ont bénéficié de l’utilisation du CBD.
Voyons d’abord quelles sont ces propriétés thérapeutiques, puis nous verrons pourquoi les effets du CBD sont si vastes et diversifiés.

  • Propriétés analgésiques et anti-inflammatoires : c’est probablement sa fonction la plus importante, et c’est l’objet de cet article, que nous développerons ensuite en détail. Le cannabidiol atténue la perception de la douleur grâce à son interaction avec les récepteurs du système endocannabinoïde présents dans le corps humain.
  • Propriétés anxiolytiques : il a été démontré qu’il atténue les symptômes associés au syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et au trouble obsessionnel compulsif (TOC), qui, selon plusieurs études, sont également causés par une déficience en anandamide dans le système endocannabinoïde humain. Une étude publiée dans le Journal of Neuropsychopharmacology montre une corrélation directe entre la consommation de CBD et la réduction de l’anxiété sociale. L’expérience consistait en une séance de prise de parole en public à laquelle participaient des sujets souffrant de troubles de l’anxiété sociale et n’ayant jamais reçu ce type de traitement. Les participants ont reçu soit 600 mg de CBD, soit un placebo, et les résultats ont montré que le cannabidiol était efficace pour réduire de manière significative l’anxiété, les dysfonctionnements cognitifs et l’inconfort lors de la prise de parole en public, ainsi que pour réduire de manière significative la nervosité lors de leur discours anticipé.
  • Propriétés antipsychotiques : En lien avec ce qui précède, le CBD est également reconnu comme ayant des propriétés antipsychotiques. Certaines preuves scientifiques suggèrent que le cannabidiol aide à traiter la schizophrénie et d’autres problèmes de santé mentale, comme le trouble bipolaire. Une étude menée par l’université occidentale de Californie a conclu que le CBD peut être important dans le traitement de la schizophrénie en fonction des types de psychose. L’étude dirigée par Justine Renard, doctorante au département d’anatomie et de biologie cellulaire de la Schulich School of Medicine and Dentistry, a identifié la voie neuronale par laquelle le CBD produit des effets antipsychotiques qui réduisent la psychose associée à la schizophrénie.
  • Propriétés neuroprotectrices Il a été démontré que le cannabidiol a le potentiel de réduire le stress oxydatif qui peut affecter les cellules du cerveau, en partie grâce à ses propriétés anti-inflammatoires. Les résultats d’une étude publiée dans le Journal of Neurochemistry ont montré que le CBD avait un certain nombre d’effets plus que positifs en matière de neuroprotection et d’action antioxydante. Dans le cas de maladies neurodégénératives spécifiques, comme le syndrome d’Alzheimer, un certain nombre de résultats « uniques » ont conduit la communauté scientifique à envisager l’utilisation du cannabidiol.
  • Propriétés énergisantes et antioxydantes : Connu pour ses effets calmants, le CBD offre également des propriétés énergisantes, grâce à son action détoxinante et à sa capacité à renforcer les cellules du corps humain, contribuant à leur bonne régénération. C’est aussi un excellent antioxydant, encore meilleur que les vitamines C et E, selon une étude de 2008.
  • Pour conclure, on attribue également au CBD des propriétés antiémétiques, c’est-à-dire qu’il peut traiter efficacement les symptômes des nausées et des vomissements, agissant comme un adjuvant dans le cas de la chimiothérapie ou d’autres traitements contre le cancer ; le cannabidiol offre des propriétés anticonvulsivantes et antiépileptiques, capables de traiter des formes particulièrement sévères d’épilepsie résistante aux médicaments, comme le syndrome de Dravet, et enfin aussi des effets relaxants musculaires, aidant à réduire les raideurs et les tensions.
LIRE  Le sexe et le CBD : peut-il améliorer la vie sexuelle ?

Le cannabidiol et ses propriétés antidouleur : comment interagit-il avec l’organisme et contrôle-t-il la douleur ?

L’être humain possède un « réseau » de millions de récepteurs capables d’interagir avec les cannabinoïdes : des substances qui peuvent être produites par l’organisme (on les appelle alors endocannabinoïdes) ou qui peuvent provenir de l’extérieur (on les appelle alors phytocannabinoïdes). Ce réseau de récepteurs est connu sous le nom de « système endocannabinoïde ».

Le cannabidiol est un phytocannabinoïde qui agit indirectement sur les récepteurs de ce système. Le CBD agit par de nombreux mécanismes différents : il n’agit pas sur une pathologie particulière mais intervient suite à un déséquilibre de notre système endocannabinoïde provoqué par un stimulus, comme la douleur.

Des études ont montré que le cannabidiol est capable d’influencer les processus chimiques caractéristiques de l’endocannabinoïde appelé anandamide, l’une des molécules neuro-modulatrices également associées à la perception de la douleur.

D’autres études indiquent que le CBD est capable d’activer les récepteurs impliqués dans la transmission et la chronicité de la douleur. Enfin, le cannabidiol s’est révélé prometteur pour le traitement de deux types particuliers de douleur chronique, la douleur neuropathique et la douleur due à l’inflammation.

Douleur neuropathique

La douleur neuropathique est une douleur causée par des conditions (maladies ou dysfonctionnements) qui affectent le système nerveux central.

La douleur neuropathique est générée au sein du système nerveux. Elle est très différente de la douleur nociceptive – causée par une blessure, une brûlure ou une coupure, par exemple – dont le stimulus prend naissance dans la zone du traumatisme et « voyage » jusqu’au système nerveux.

Douleur inflammatoire

Il s’agit d’une douleur causée par une inflammation, une réaction défensive de l’organisme en réponse à des stimuli nocifs.

Des études ont montré l’efficacité du CBD à agir sur l’inflammation causée par l’arthrite, contribuant ainsi à réduire la douleur.

Le CBD et la douleur neuropathique

Le mécanisme d’action des cannabinoïdes a été étudié dans le contexte de diverses maladies et conditions entraînant des douleurs neuropathiques chroniques, comme la névralgie du trijumeau ou la chimiothérapie. Les études menées à ce jour ont montré que le cannabidiol est très efficace pour traiter les douleurs neuropathiques.

Alors que d’autres principes actifs du cannabis sont déjà utilisés en oncologie pour leur efficacité à soulager les nausées, le cannabidiol, en particulier, s’est révélé prometteur dans le traitement des douleurs neuropathiques périphériques causées par les médicaments de chimiothérapie.

LIRE  CBD et vapotage : quels sont les effets et les avantages ?

Le CBD réduit également les complications souvent associées à la douleur chronique, comme l’anxiété et la dépression. Selon certaines études, le CBD, par son interaction avec les récepteurs du système sérotoninergique, réduit ces comorbidités et aide les patients à faire face à leur état.

Le CBD et les douleurs inflammatoires

Le cannabidiol est également utilisé pour traiter la douleur causée par une inflammation. Diverses études scientifiques ont examiné l’efficacité du cannabidiol sur de nombreuses affections inflammatoires, comme l’arthrose. Il a été démontré que la consommation de CBD protège les articulations contre les dommages graves et réduit l’inflammation.

Le CBD pourrait être une option viable pour le traitement de plusieurs situations caractérisées par des douleurs inflammatoires. Une étude publiée dans l’European Journal of Pain a montré que le CBD appliqué sur la peau peut aider à réduire la douleur et l’inflammation dues à l’arthrite.

La recherche scientifique sur la relation entre le CBD et la douleur a fait de grands progrès ces dernières années, et les nombreuses utilisations de la plante de cannabis dans la santé humaine et animale sont de plus en plus étudiées.

Le chemin à parcourir est encore long, mais le cannabidiol peut désormais être considéré comme un allié précieux pour soulager les souffrances causées par les douleurs chroniques. De plus en plus de médecins suggèrent son utilisation en parallèle avec d’autres thérapies pour accompagner le quotidien de toutes ces personnes qui sont contraintes de vivre avec la douleur.

L’état de la recherche médicale et scientifique sur le cannabidiol

Ces dernières années ont vu un regain d’intérêt pour le cannabidiol de la part de la communauté scientifique en raison de la découverte de son activité antioxydante, anti-inflammatoire et neuroprotectrice, qui se produit dans la plupart des cas indépendamment de l’interaction directe avec les récepteurs cannabinoïdes.

Cela fait du CBD un composé « multicible », impliqué dans plusieurs mécanismes biochimiques qui sous-tendent différents processus pathologiques. Le CBD tire parti de cette polyvalence en agissant sur différents types de douleur, notamment les douleurs neuropathiques et inflammatoires.

Le rapport de l’Organisation mondiale de la santé publié en mars 2018 a présenté au public l’état actuel de la recherche scientifique sur le cannabidiol . Selon le rapport de l’OMS, le cannabidiol ne provoque aucun effet secondaire sur notre santé. Au contraire, les données actuelles indiquent clairement son application potentielle dans le domaine médical.

Selon le rapport, le cannabidiol (CBD) est sûr et bien toléré chez les humains (et les animaux), et n’est associé à aucun effet négatif sur la santé publique.

La recherche suggère que plutôt que de définir le cannabidiol comme une substance non psychoactive, il devrait être défini comme non intoxicant, car il n’altère pas les perceptions et ne possède pas les caractéristiques qui pourraient en faire une substance susceptible d’abuser ou de créer une dépendance.

Qui utilise réellement le CBD ?

Les premiers résultats d’une analyse complète menée par l’organisation californienne à but non lucratif Project CBD pour faire la lumière sur les habitudes, les préférences et les besoins des personnes qui consomment du cannabidiol (CBD) dans un but thérapeutique spécifique ont été publiés.

Le projet est, pour l’instant, la recherche la plus articulée jamais réalisée pour évaluer les aspects qualitatifs de l’utilisation du cannabidiol (CBD). À la fin du mois de juin 2019, 3 506 personnes (de 58 pays différents) ont répondu à un questionnaire de plus de 200 questions dans lequel elles décrivent comment et dans quel but elles prennent du cannabidiol. L’enquête est toujours en cours, et des centaines d’autres personnes y contribueront dans les mois à venir.

LIRE  L'huile de CBD : un remède contre l'arthrite

Les auteurs de l’étude ont clairement indiqué que l’enquête tient compte du fait que la plupart des personnes contactées pour l’étude sont des utilisateurs de cannabidiol qui sont susceptibles d’avoir une opinion positive sur les effets bénéfiques de la consommation de cet ingrédient actif particulier de la plante de cannabis.

Les résultats de l’enquête

L’étude a confirmé certaines des preuves déjà connues sur le CBD, notamment son excellent profil de sécurité. En général, les participants ont indiqué que le cannabidiol apportait de nettes améliorations lorsqu’il était utilisé pour traiter l’anxiété et la douleur.

Cependant, il est également apparu que le cannabidiol n’est pas une panacée pour tous les maux. Lorsqu’il est utilisé dans des domaines « sans rapport » avec l’usage courant (comme les symptômes de la ménopause ou de l’andropause), le cannabidiol n’est pas efficace.

En plus de confirmer les avantages et de définir les domaines d’utilisation, l’étude donne également un aperçu du « type » de consommateur de cannabidiol et de ses habitudes générales.

Qui utilise le cannabidiol

Selon les données recueillies dans l’étude, l’utilisateur type est une femme, âgée de plus de 45 ans et ayant un bon niveau d’éducation. Il ne faut pas négliger le fait que 20 % des utilisateurs participants ont déclaré avoir plus de 64 ans. Les auteurs expliquent ce résultat par le fait qu’en général, un utilisateur de CBD est aussi une personne qui accorde une attention particulière à la santé, s’informant des derniers développements thérapeutiques. En outre, certaines pathologies impliquant des douleurs chroniques sont plus fréquentes avec l’âge.

Comment le CBD est-il produit ?

Le CBD est extrait de variétés de cannabis inscrites au registre de la Communauté européenne et autorisées pour la culture industrielle. Il s’agit de cannabis à faible teneur en THC (toujours inférieure à 0,2 % comme l’exige la loi). Dans un premier temps, un extrait brut est obtenu à partir de la plante de chanvre.

Dans cet extrait, on retrouve de nombreux composants de la plante, le CBD et de plus petites quantités d’autres cannabinoïdes, la chlorophylle, la cire, les terpènes et tout ce qui peut être extrait de la plante se retrouve dans la première phase d’extraction qui ressemble à une mélasse sombre et qui conserve en son sein tout le spectre des molécules de la plante de chanvre.

À partir de ce premier extrait, plusieurs étapes de raffinage sont effectuées, conduisant à une pureté de plus en plus grande du produit final.

Plus nous affinons le produit et plus nous nous concentrons sur une molécule spécifique, plus le pourcentage de CBD dans l’extrait final est élevé et plus la quantité de toutes les autres substances est faible.

Une fois que le seuil de pureté de 80 % de CBD dans l’extrait est dépassé, l’extrait commence à se solidifier ou, pour utiliser le terme spécifique, à cristalliser. C’est seulement à ce stade que les premiers cristaux peuvent être détectés dans l’extrait.

Le processus de raffinage se poursuit jusqu’à ce que tout ce qui n’est pas du cannabidiol pur soit éliminé, ce qui donne un extrait final pur à 99 % et plus : en fait, avec le cristal, nous avons la molécule de cannabidiol (CBD) pure.